Un béton qui résiste au feu

Publié le par fritih

Une équipe de l'Institut des sciences des matériaux de l'université de Leoben, dirigée par le professeur Anton Mayer, a mis au point un nouveau béton capable de résister à des températures de près de 1.380 °C. Pour tester les propriétés à l'usage, une portion de tunnel a été bâtie avec ce nouveau matériau. Soumise à une pression de 60 tonnes, équivalente à celle d'une montagne, la structure a résisté pendant trois heures à une température de 1.200 °C.
Un béton normal est composé de quartz mais aussi de pierres carbonatées comme la chaux et la dolomite. Le quartz subit des changements dommageables aux alentours de 575 °C. En cas d'incendie, la dolomite et la chaux se décomposent et perdent environ la moitié de leur masse sous forme du gaz carbonique. L'eau piégée dans le béton se dégage et réagit avec la chaux pour former de la chaux hydratée, corrosive et donc extrêmement dangereuse.
L'innovation de l'équipe du Professeur Mayer réside dans l'ajout d'un montant extrêmement précis d'un minéral composé d'hydrosilicate de fer et de magnésium. Ce minéral permet d'accroître la teneur en eau du béton. Ainsi, 1 m3 de ce nouveau béton peut contenir plus de 200 litres d'eau. "En cas d'incendie", explique Anton Mayer, "l'eau reste liée au béton jusqu'à une température de 700 °C, contre 150 °C pour un béton normal. La présence de cette eau va refroidir les gaz qui s'échappent lors de l'incendie, purifier l'air et endiguer la propagation du feu. Ce béton devrait permettre d'améliorer la sécurité des bâtiments et des tunnels en cas d'incendie".

Contacts :
Anton Mayer, tél : +43 3842 402 7220, fax : +43 3842 402 320,
anton.mayer@unileoben.ac.at, http://www.unileoben.ac.at/institute/ghi.htm

Publié dans Innovation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article