Une envie de Tours

Publié le par FRITIH Mouffak

Les gratte-ciel de Shangaï sont devenus un lieu de pèlerinage pour de nombreux responsables de collectivités ou de professionnels de l’immobilier. A Shangaï, comme à Dubaï, l’utilisation de nouveaux matériaux permet une architecture audacieuse et attrayante. Ces tours, du seul fait de leur silhouette et de leur rayonnement, suscitent l’enthousiasme. Au delà de leur apparence, ces bâtiments se révèlent aussi bien plus sobres, sur le plan énergétique, que ceux de la génération des années 1970 et 80. Un tel engouement est communicatif et gagne, en France, des Sem ou des municipalités. Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux, Levallois, rivalisent en matière d’annonce de gestes architecturaux. Des édiles de la Mairie de Paris souhaiteraient également devenir acteurs de ce nouvel urbanisme : ils ont ainsi identifié, à la lisière de la capitale, plusieurs sites où pourraient émerger des bâtiments dépassant les 37 m actuellement autorisés. La Défense, bénéficiaire depuis quelques mois d’une reprise locative, se relance dans la bataille : la tour Granite de la Société Générale et le T1, de Lucia et de la Caisse de Dépôt du Québec seraient, dans ce contexte, les prémisses d’une ère nouvelle. Bernard Bled, directeur général de l’Epad, exerce un puissant lobbying pour faire valider, par le gouvernement, un scénario d’aménagement de 500 000 m2 de bureaux à construire ainsi que 300 000 m2 de réhabilitation. Plusieurs tours, dont l’une de 400 m, devraient redynamiser le premier quartier d’affaires européen et lui éviter, à court terme, une certaine obsolescence. Unibail, investisseur n°1 sur le site, adhère à cette politique et associerait la rénovation du Cnit à l’édification d’un IGH appelé à devenir un signal fort, ?vers l’étranger, de la région parisienne. La province n’est pas en reste. Dressé face à la Méditerranée, le nouveau siège de la CMA CGM, troisième groupe maritime mondial, symbolisera la renaissance de la cité phocéenne. Toujours sur Euroméditerranée, Constructa prévoit la réalisation d’un gratte-ciel dont le concepteur serait Jean Nouvel. A Lyon, la tour Oxygène, pour laquelle la Sncf a pris à bail 16 000 m2, participera au renouveau de La Part Dieu. L’engouement des utilisateurs et des institutionnels, pour ces monuments d’affaires, encourage les initiatives : la tour Oxygène, conçue par Arte Charpentier est acquise par Rodamco. La masse de capitaux, en recherche d’actifs, permet la concrétisation de plusieurs projets. L’opérateur espagnol Fadesa a pris position, à Levallois-Perret, sur des tours jumelles. La mixité des bâtiments est accueillie favorablement par les investisseurs : une partie hôtelière est ainsi inscrite dans le projet de Levallois. A Lyon, le socle d’Oxygène comprendra un centre commercial. Pour le moment, ces programmes n’ont pas pour vocation un remplissage en résidentiel. L’émergence de plusieurs IGH, dans la partie ouest de l’Ile-de-France, pourrait sensiblement accroître, en 2008-2010, l’offre de bureaux. De là à évoquer un futur déséquilibre, il n’y a qu’un pas. Il vaudrait mieux qu’un tel essor s’accompagne d’une croissance plus vigoureuse. Mais celle-ci ne se décréte pas.

Publié dans News immobilieres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article